AMENAGOUR : PROJET DE SOUTIEN A LA RECONNAISSANCE ET A LA PRESERVATION DE L?APAC OUKAIMEDEN, ? AGDAL DE L?OUKAIMEDEN ?, GIGANTESQUE RESERVOIR DE LA BIODIVERSITE DU HAUT ATLAS
AMENAGOUR : PROJET DE SOUTIEN A LA RECONNAISSANCE ET A LA PRESERVATION DE L?APAC OUKAIMEDEN, ? AGDAL DE L?OUKAIMEDEN ?, GIGANTESQUE RESERVOIR DE LA BIODIVERSITE DU HAUT ATLAS
Lorsqu?on parle de l?Oukaimeden, ce qui vient en premier lieu ? l?esprit, c?est surtout la station de ski am?nag?e pendant le protectorat fran?ais ; consid?r?e comme la principale station au Maroc (avec ses 20 pistes), et la plus haute d?Afrique (? 2 620 m?tres au-dessus du niveau de la mer), cette station se pr?sente en effet comme le plus beau domaine skiable sur l?ensemble du continent africain.

Pour les passionn?s d?astronomie, Oukaimeden c?est le site d'observations astronomiques surplombant le village d?Oukaimeden (? 3 Km de celui-ci). Prot?g? par le sommet du Toubkal (4165 m d'altitude) et les sommets avoisinants contre les vents de sable tr?s g?nants pour les observations, ce site offre en effet une tr?s bonne visibilit?. De plus, ?quip? de technologies et de t?lescopes de derni?res g?n?rations, l?observatoire de l?Oukaimeden est class? parmi les 10 meilleurs au monde, en particulier dans la d?couverte des petits corps du syst?me solaire.

Pour les ?pris de nature et des grandes sensations, Oukaimeden ?voque une grande valeur paysag?re, un tr?s beau panorama offert au regard, ? partir du site sur les contreforts de l?Atlas et la plaine du Haouz, et de grandes possibilit?s de randonn?es, d?alpinisme et de ballades en VTT, etc.

Mais Oukaimeden, c?est aussi un espace d?positaire d?une histoire et d?un patrimoine naturel et culturel d?une valeur inestimable, comme en attestent les nombreuses ?tudes entreprises par des chercheurs de diff?rentes disciplines, sciences sociales et de la nature. (Mohamed Mahdi dira que c?est l?espace le plus p?tur? scientifiquement).

? Pour les experts en sciences sociales, ?l?agdal de l?Oukaimeden , ? ou encore Aoukay n? Medden (lieu de transhumance, de passage ou de transit en berb?re) est le r?ceptacle d?une culture mat?rielle et immat?rielle, pr?serv?e depuis des g?n?rations par des tribus de transhumants (repr?sent?es aujourd?hui par les tribus de Reghaya et d?Ourika), comme en t?moignent les gravures rupestres aussi nombreuses que diversifi?es, et qui s?exprime aussi au travers d?activit?s festives faites de danses et de c?l?brations de rituels d?di?es au saint protecteur de l?Agdal (Sidi Fars) et aux esprits des lieux : l?Amenagour (la f?te de l?ouverture de la mise en d?fence d?Agdal), le moussem de sidi Fars, le sacrifice sanglant, le rituel d?Arkoko/offrande ? ouled sidi Fars, Issli Timzlit, lieu de pri?re de sidi Fars , etc. A l?instar de l?ensemble des Agdals de l?atlas marocains, le religieux et le sacr? sont en effet au fondement du fonctionnement de l?agdal de lOukaimeden ; on parle d?Agdal N?Sidi Fars.

L?Agdal d?Ouka?meden abrite ?galement des ouvrages architecturaux originaux, de v?ritables ??villages de transhumance??, appel?s Azibs. Ce sont des grottes qui servent d?habitats aux transhumants des deux tribus Reghaya et Ourika. Chaque sous-groupe ethnique a son propre Azib, o? sont construits ses enclos, c'est-?-dire les ? habitations temporaires ? des transhumants et de leur b?tail.

? Les ?cologistes eux, soulignent tout particuli?rement les effets b?n?fiques de la pratique de ? l?Agdal ?, sur la couverture v?g?tale qui font de l?Oukaimeden un gigantesque r?servoir de biodiversit?. De nombreuses esp?ces end?miques s?y maintiendraient encore gr?ce ? la pratique de la mise en d?fens printani?re permettant la reconstitution des esp?ces v?g?tales, la floraison et l?arriv?e ? maturit? des semis, et ainsi la perp?tuation de l??cosyst?me.

L?Agdal de l?Oukaimeden joue par ailleurs, un r?le socio-?conomique primordial dans la stabilit? sociale des communaut?s locales ; il est consid?r? depuis des si?cles comme une source de subsistance tr?s importante pour les pasteurs transhumants, et reste encore aujourd?hui ?malgr? le d?veloppement d?autres activit?s telles que l?arboriculture fruiti?re, le tourisme sportif et de montagne-, une ressource strat?gique pour grand nombre d?habitants des 50 villages attenants ? l?espace de parcours de l?Oukaimeden, soit les ayants droit des deux tribus Rheraya et Ourika.

Mais c?est toute la symbolique (religieuse, spirituelle) autour du site, extraordinairement ancr?e dans la m?moire collective (juste qu?aux petits enfants qui attendent vivement chaque ann?e l?ouverture de l?Agdal et le d?but des festivit?s), qui fait que malgr? que les communaut?s locales, en particulier les jeunes, se soient adapt?es progressivement ? ? un nouveau mod?le ?conomique bas? principalement sur le tourisme sportif d'hiver et de montagne ?, elles n?ont pas pour autant abandonn? la pratique de l?agriculture et surtout du pastoralisme transhumant qui comptent encore un grand nombre d?adeptes au sein de ces communaut?s.

Mais le risque reste tr?s pr?sent, l?agdal de l?Oukaimeden et la biodiversit? dont il rec?le, sont v?ritablement menac?s. Pour toutes les potentialit?s ?voqu?es plus haut, le site est sujet aux convoitises perp?tuelles d?investisseurs ?trangers, souvent appuy?es par les autorit?s locales ; (Terrains de golf, Station permanente de ski, etc.) ; Les projets et les propositions se succ?dent, toutes aussi inadapt?es les unes que les autres. Jusque-l? une forte mobilisation de la population locale soutenue par la communaut? scientifique, a pu faire avorter ces projets.

Mais quand bien de temps cela va durer ? Et si le pastoralisme parvient ? r?sister ou, du moins, ? s?adapter aux menaces exog?nes, pourra-t-il continuer ? le faire face aux facteurs endog?nes qui affaiblissent sa force de r?silience (pauvret?, forte pression d?mographique, rel?chement des pratiques et des institutions ancestrales de gestion (ljem?at, Igouram, ?), ?rosion du savoir-faire traditionnel, manque d?apprentissage et de transfert interg?n?rationnel,?.). Sans oublier les impacts n?fastes du changement climatiques.

Renverser la tendance en faveur du maintien de la pratique de l?agdal est tout l?enjeu du pr?sent projet, qui se veut : (i) engager une large mobilisation des acteurs communautaires (en particulier les plus jeunes hommes et femmes), institutionnels et autres, (ii) promouvoir l?auto-conscience, (iii) soutenir la reconnaissance du ? pastoralisme transhumant ? de ces tribus berb?res, comme patrimoine culturel et paysager, (iv) et de l? entrevoir les possibilit?s de sa perp?tuation.

 
Loading map...

Project Snapshot

Grantee:
l?Association Oukaimeden
Country:
Morocco
Area Of Work:
Biodiversity
Operational Phase:
Phase 6
Grant Amount:
US$ 30,000.00
Co-Financing Cash:
US$ 24,503.00
Co-Financing in-Kind:
US$ 31,249.00
Project Number:
MOR/ICCA-GSI/2017/05
Start Date:
7/2017
End Date:
5/2019
Status:
Project Terminated Before Completion
Project Characteristics and Results
Emphasis on Sustainable Livelihoods
Ce projet permettra de cr?er de nouveaux m?tiers (?co-interpr?tes, des chercheurs communautaires, etc), des activit?s g?n?ratrices de revenus et de valoriser le mode de vie des transhumants, ? travers le d?veloppement d?un circuit ?co-touristique de promotion du pastoralisme transhumant comme patrimoine naturel et culturel. Une maison du pastoralisme sera mise en place et fera office de centre d?information et d??ducation, de centre de l?agdal (elle abritera la banque de semence, l?herbier et l?ensemble des activit?s de recherches et de suivi communautaires de l??volution de la biodiversit?, et tout autres aspects concernant l?agdal..).
Policy Impact
Gr?ce aux actions qui seront men?es, le projet influencera les politiques de d?veloppement local, en particulier via : l?int?gration de l?Agdal, la culture locale, la biodiversit?, les Azibs, les gravures rupestres, la prise de consciente de d?fis ?cologiques, culturels et ?conomiques qui menacent l?Agdal et leur prise en compte dans le Plan d?action communal (pr?servation, et protection contre les convoitises fonci?re), les politiques r?gionales et nationales en mati?re de pr?servation de la biodiversit? et en mati?re de r?silience climatique ? base communautaire.
+ View more
Indicators
Biophysical
Hectares of globally significant biodiversity area protected or sustainably managed by project 20
Biophysical
Number of local policies informed in biodiversity focal area 1
Empowerment
Number of CBOs / NGOs participated / involved in SGP project 3
Empowerment
Number of women participated / involved in SGP project 15
Empowerment
Number of indigenous people participated/involved in SGP project 80
Livehood
Total monetary value (US dollars) of ecosystem goods sustainably produced and providing benefit to project participants and/or community as a whole (in the biodiversity, international waters, and land degradation focal areas as appropriate) 50000
Livehood
Number of households who have benefited* from SGP project 120
Livehood
Number of individuals (gender diaggregated) who have benefited* from SGP project 300

Grantee Contact

Mr Mostapha Taouallout
 

Address

Espace provincial des Associations d?Alhaouz ? Tahannaout
Tahannaout , Marrakech Safi ,

SGP Country office contact

Ms. Badia Sahmy
Phone:
+ 212 5 37 57 15 56
Fax:
+ 212 5 37 57 15 54
Email:

Address

15, av Ben Barka, Secteur 4, Bloc M
Rabat Hay Riad, 10100