Défense, Restauration et Valorisation participative des terres agricoles Dégradées et la gestion durable de la forêt pour une agriculture améliorée dans le village de KOUTOUTOU, Canton MBALLA BANYO, Sous-préfecture de MBALLA BANYO Département de LAC WEY Région de Logone Oriental.
Défense, Restauration et Valorisation participative des terres agricoles Dégradées et la gestion durable de la forêt pour une agriculture améliorée dans le village de KOUTOUTOU, Canton MBALLA BANYO, Sous-préfecture de MBALLA BANYO Département de LAC WEY Région de Logone Oriental.
Section A.
1. APERÇU ET CONTENU DE PROPOSITION DE PROJET (SOMMAIRE DE PROJET)
Le Groupement Mixte dénommé «GUELNODJI» est une organisation qui œuvre pour le bien-être socioéconomique des femmes et des jeunes dans le village Koutoutou Canton MBALLA BANYO. Ses actions se fondent la lutte contre la famine et la promotion de la femme/jeunesse.
Le désert avance partout où la pression anthropique mal adaptée agresse des ressources naturelles vulnérables et par nature très fragiles. Aujourd'hui, la croissance démographique, sécheresse, désertification, disparition des espèces, changement climatique, développement durable constituent l'un des éléments fondamentaux dans la problématique de changements importants de l'environnement rural dans lequel travail le groupement de « GUELNODJI ». Dans la Problématique de gestion des ressources naturelles dans le département de Mont de Lame, il est à noter que les pratiques agricoles non durables, l'introduction dans les années de la colonisation de la monoculture du coton et la pauvreté des populations de MBALLA toujours rattachées à la terre causent de sérieux problèmes environnementaux interpellant ainsi le groupement GUELNODJI et les producteurs du canton Mballa.
Les déséquilibres écologiques et une hostilité de certains milieux à la reproduction de la vie. Les jachères de longues durées ont fait place à celles de courtes durées qui, elles-mêmes, disparaissent rapidement. Une pression croissante s'exerce sur les terres cultivées : il devient difficile de trouver de nouvelles terres afin d'accroître la production agricole. Les terrains autrefois jugés inaptes à la culture (faible épaisseur de sol, relief accidenté ou forte pente...) sont utilisés. Les zones arborées sont de plus en plus sollicitées par les défriches et la recherche de bois de construction et de chauffage. Les instruments aratoires rudimentaires utilisés ne sont plus adaptés. La végétation spontanée n'est plus à l'abri des défrichements intensifs dans tout le département de Lac Wey.
Etant une ancienne zone de culture de coton et avec les systèmes de cultures itinérantes sur brûlis ainsi que les pratiques récurrentes de feux de brousse pour nécessité soit de chasse soit des repousses pour l’alimentation du bétail, les terres se dégradent d’années en années. La présence des transhumants dans la zone pendant toute la saison sèche est l’un des facteurs de dégradation des terres. Car les sols deviennent compacts, l’infiltration de l’eau ne s’effectue plus facilitant ainsi l’érosion hydrique. Le niveau de la nappe phréatique diminue fortement et les puits ne sont plus alimentés régulièrement. L’eau devient de plus en plus rare.
Ces phénomènes contribuent à l’appauvrissement général de la population, ce qui accroît davantage la pression sur les autres ressources naturelles, y compris la biodiversité.
Le financement de ce projet permettra à la population de Mballa de faire une expérience de gestion participative et rationnelle de son capital sol. L'application des techniques de conservation et restauration des sols, les techniques agro forestières suivi des pratiques culturales appropriées ainsi que l'apport en semences améliorées à haut rendement adoptées aux conditions climatiques peuvent renverser cette situation de baisse de rendement (60%), de revenu et de productivité chez les exploitants agricoles..
En effet, ces actions doivent contribuer à réduire la vulnérabilité des systèmes de production par un appui approprié visant la professionnalisation des producteurs. L'exploitation agricole doit être conduite comme une entreprise familiale, avec toute la rigueur liée à la gestion d'une entreprise.
.2 Contexte organisationnel et la capacité à mettre en œuvre le projet
Le groupement GUELNODJI est une organisation à base communautaire. il poursuit des objectifs suivants :
• Améliorer les conditions de vie des membres du groupement et la communauté de MBALLA en participant au développement socio-économique et environnementale;
• Développer les activités génératrices de revenues en faveur des personnes vulnérables ;
• Participer aux activités de la protection de l’environnement.
Le projet adapte une stratégie qui part du fait que plus les membres de GUELNODJI et la communauté de MBALLA participent consciemment, volontairement et matériellement aux initiatives d’autopromotion pour mieux s’en approprier. La responsabilisation des partenaires du projet se manifestera en amont par leur contribution financière au financement des coûts nécessaires aux réalisations physiques. Elle se traduira ensuite dans l’autogestion des mécanismes et infrastructures à mettre en place par le projet. Elle traduira enfin dans le paiement total ou en partie des frais liés aux services/prestations mis en place dans le cadre du projet.
Cette collaboration avec les structures pérennes que sont les institutions publiques permettra de valoriser et assurer le bon suivi de la structure après projet. Enfin cette approche participative permettra la mobilisation du volontariat et du bénévolat gage d’un succès de l’action.
La sensibilisation des populations se fera par des rencontres, individuelles (porte à porte) et des rencontres collectives à travers les réunions et les Assemblée Générales.
De sa création jusqu’en cette date, le groupement GUELNODJI a une durée de vie de 04 ans. L’organe dirigeant de GUELNODJI est assuré par un Bureau Exécutif (BE) composé de cinq (05) membres dirigé par une présidente dont toute l’équipe est bénévoles. Le bureau se réunie deux fois par mois. Il y a deux Assemblées Générales par an et c’est l’AG qui prend des décisions du groupement avec l’accord des trois quart des membres présents. Plus de ½ des membres participent régulièrement a l’assemblée générale.
Les ressources de GUELNODJI proviennent des droits d’adhésion fixés à 2500 francs CFA, des cotisations mensuelles et de prestations de services, des dons, des legs, subventions etc. Ces taux sont révisables suivant l’importance des projets à réaliser.
Le groupement a une Autorisation de fonctionner qui est régie par l’Ordonnance N°025PR92 du 07/12/92 portant statuts des groupements à vocation coopérative et des coopératives en république du Tchad et décret N°066/PR/MET/94 du 01/04/94 portant l’application de l’ordonnance susvisée. Le groupement GUELNODJI de MBALLA adopte une position de structure d'appui aux actions de développement du canton MBALLA. Le principe fondateur de son intervention est d'appuyer les réponses que les populations apportent à leurs problèmes de développement. Le public visé est constitué des femmes, jeunes et d’autres couches vulnérables.
Dans le domaine de la dégradation des sols et gestion durable des forêts le groupement a reçu plusieurs formations avec l’ONG d’appui le BAOBAB que nous allons les développer avec ce projet






1.3 Objectifs de projet et résultats attendus (1 page)
L’action du présent projet dans le village de Koutoutou, Canton MBALLA , Sous-préfecture de Mballa Département de Lac Wey Région de Logone Oriental est intégrée avec la SNRP2 en particulier dans la perspective d’accroître durablement la production rurale de façon viable tout en sauvegardant l’environnement et en renforçant les capacités humaines et institutionnelles. L’action envisagée contribuera à l’accroissement de la productivité des champs cultivés et aussi à préserver le capital de ressources naturelles, c'est-à-dire l’eau et les sols : la première gardée dans les réservoirs, les secondes rassurent les productions végétales.
Objectif global
Contribuer à limiter la dégradation des terres avec la participation de la population de la zone du projet pour une exploitation agricole durable et soutenue.
Objectifs spécifiques
1. Lutter contre l’érosion éolienne et la désertification par et le renforcement des capacités locales dans l’aménagement de l’espace et la gestion des ressources naturelles
2. Contribuer à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté par l’intensification et la diversification des productions agricoles (maraîchage et arboriculture).

Résultat 1 : Le revenu des bénéficiaires a augmenté dans une diversification de 15% et les rendements agricoles ont augmenté de 10%.

Résultat 2: Le modèle d'agriculture durable est développés par les producteurs de MBALLA et imités par les autres villages de Lac Wey












1.4 Description des activités de projet (2.5 pages)
Information, Sensibilisation, Organisation et formation : cette activité est transversale et doit être faite avant toutes les autres à savoir l’aménagement des terres ainsi que les productions sur ces sols aménagés. Durant la première phase du projet, la population de la zone est profondément sensibilisée par les animateurs sur les objectifs du projet. Les bénéficiaires seront organisés en comités de gestion thématique (par exemple gabions et micro barrages) et formés avant la mise en œuvre sur le terrain, des activités prévues. Cette organisation tient compte de l’objectif futur de responsabiliser les communautés dans la gestion des acquis du projet. Des séances d’animation seront continues, vu l’importance du thème du projet sur la protection de l’environnement dont les paysans ne s’adhèrent pas beaucoup par rapport à son caractère non lucratif. Toutefois, les activités prévues par le projet inciteront la population à s’intéresser davantage au projet avec les maraichages et l’arboriculture dont les produits génèrent des revenus aux pratiquants.
Les capacités de gestion des ressources naturelles des paysans seront aussi renforcées grâce à l’action de l’animation/formation qui sera orientée sur les techniques de Conservation et Restauration des Sols (CRS) avec démonstration sur le terrain.
Installation de la haie vive et de la haie morte pour la clôture du champ de démonstration de 15 ha
Les dégâts sont d’autant plus graves quand les plants ne sont pas vigoureux par défaut d’entretien et de soins.
La parcelle est protégée contre les voleurs et la divagation des animaux. Au début de la saison sèche, avant que les animaux domestiques ne soient en divagation ou en vaine pâture, il faut procéder à la reconnaissance des plants qui doivent effectivement être protégés de manière individuelle des arbres et la protection de grande protection d’un seul corps : des liens horizontaux relient les piquets les uns aux autres. Aussi il faudra effectuer de temps à autre une surveillance des plantations. Toutes les parties flétries (jeunes feuilles, jeunes tiges) seront retaillées pour la fertilisation de sol.
Réalisation d'un point d'eau pour l'arrosage des plants
Construction d’un forage avec château pour l’arrosage des arbres et autres activés du projet qui néit. Le château sera équipé d’un générateur de 10 KVA et de 4 robinets pour favoriser les prises d’eau pour le compostage et l’arrosage des pépinières et aussi de la haie vive. Les poussepousses et les arrosoirs seront pourvus à cet effet. L’activité sera réalisée par une entreprise avec la contribution des producteurs sous la supervision du comité de pilotage. L’entreprise sera choisie après un appel d’offre. En fin, le point d'eau est disponible pour les opérations agro forestières
Achat matériels de production agricole, intrants, semences des légumineuses certifiées et à haut rendement.
Les matériels de production seront achetés par le comité de gestion du projet et gérés sur la base des documents comptables. L'exploitation agricole est réalisée selon les normes agrobiologiques appropriées dans le site du projet. Les semences certifiées sont disponibles et utilisées selon les itinéraires techniques recommandés
Production du fumier et les opérations culturales.
Il peut se faire dans un composteur de fabrication artisanale ou moderne. Le contenu du composteur devrait être humide comme une éponge tordue ; si la matière est trop sèche, elle mettra du temps à se composter ; si elle est trop humide, elle pourrait se mettre à sentir. Retournez ou mélangez, le compost toutes les deux(02) semaines ou à chaque ajout de matière, ceci permet au compost de bien s’aérer et d’obtenir un bon compost. Cette activité est réalisée par les membres du groupement et la communauté au troisième mois du financement pour une durée d’un mois sur le site du projet.
Les parcs à fumier sont construits selon les normes techniques requises Le fumier est produit selon les objectifs de rendements agricoles par les bénéficiaires du projet.
Le payement du personnel/main d’œuvre saisonnière pour l'exploitation agricole et l’emploi d'un gardien permanent pour la surveillance et la sécurité du champ de démonstration. Les plantes sont bien arrosées et les ouvrages sont entretenus La parcelle est protégée contre les voleurs
L’Achat matériels (Support pédagogiques) de sensibilisation sur les techniques d'agriculture durable consiste à s’équiper des matériels nécessaires pour le travail, qui invite les membres à venir à Moundou pour une durée de trois jours selon la disponibilité des matériels au marché et se fera au premier mois du financement. Vu les résultats et la réticence du paysan ; le groupement intensifiera les campagnes de sensibilisation au profit de la communauté. Jusqu’à la pérennisation du projet.




La mise en œuvre du Plan et calendrier des activités
Résultat 1 : Le revenu des bénéficiaires a augmenté dans une diversification de 15% et les rendements agricoles ont augmenté de 10%.
Personnes concernées Durée de l'activité (mois)
janvier 2013 juin 2014
Les activités J F M A M J J A S O N D
formations des membres bénéficiaires sur les techniques de Conservation et Restauration des Sols avec démonstration sur le terrain ONG / partenaire + +
Installation de la haie vive et de la haie morte pour la clôture du champ de démonstration. Le groupement GUELNODJI et la communauté de MBALLA + +
formations des membres du groupement sur les techniques Agroforesteries avec démonstration sur le terrain ONG / partenaire + +
Réalisation d'un point d'eau pour l'arrosage des plants Enterprise hydraulique +
Achat matériels de production agricole et intrants Comité de gestion du projet + + + + +
Production du fumier et les opérations culturales. Le groupement GUELNODJI et la communauté de MBALLA + + + + +
Construction de 10 Parcs d’hivernage pour la production du fumier Le groupement GUELNODJI et la communauté de MBALLA + +
Achat des semences des légumineuses certifiées et à haut rendement pour démonstration Comité de gestion du projet + +
Formations sur les techniques culturales et variétales ONG / partenaire + +
Renforcement des capacités organisationnelles du comité technique pour la gestion des exploitations pilotes ONG / partenaire +
Payement du personnel/main d’œuvre saisonnière pour l'exploitation agricole (du défrichage à la récolte…)
Comité de gestion du projet + + + + + + + + + + + +
Emploi d'un gardien permanent pour la surveillance et la sécurité du champ de démonstration Comité de gestion du projet + + + + + + + + + + + +
Résultat 2: Le modèle d'agriculture durable est développés par les producteurs de MBALLA et imités par les autres villages de Lac Wey

Formations sur les techniques d'animation de groupe ONG / parténaire +
ateliers sur l'éducation environnementale ONG / parténaire +
ateliers sur les techniques de l'Information, l'Education et la Communication ONG / partenaire et groupement + +
Achat matériels (Support pédagogiques) de sensibilisation sur les techniques d'agriculture durable groupement +
Appui institutionnel ONG / partenaire + + + + + + + + + + + +
Suivi interne Membres du groupement + + + + + + + + + + + +
Suivi evaluation externe FEM et consultant externe + + + + +
Production des rapports Présidente groupement GUELNODJI + + + + + + + + + + + +


Plan pour assurer la participation communautaire (1 page)
Projet N° : Intitulé du projet Défense, Restauration et Valorisation participative des terres agricoles Dégradées et la gestion durable de la forêt pour une agriculture améliorée dans le village de KOUTOUTOU
Nom du Bénéficiaire : Groupement des Femmes et des Jeunes GUELNODJI
Brève description de l’objectif du projet :
Domaine d’intervention GEF : Dégradations des terres et gestion durable des forêts Phase opérationnelle GEF Date du début et fin du projet :
janvier 2012

Brève description de l’objectif spécifique N°1 : Lutter contre l’érosion éolienne et la désertification par et le renforcement des capacités locales dans l’aménagement de l’espace et la gestion des ressources naturelles

Liste des activités nécessaires pour atteindre cet objectif. Durée de l’activité dans le mois(ou Quarts)
Activité responsable Indicateur 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
1.1 ONG / partenaire Les sols dégradés sont restaurés sur les 15 ha des par l'influence de la fumure organique
+ + + + + + + + + + + +
1.2 GUELNODJI et la communauté de MBALLA La parcelle est protégée contre les voleurs et la divagation des animaux + + + + +
1.3 ONG / partenaire Les sols dégradés sont restaurés sur les 15 ha par l'influence des techniques Agro forestières appliquées. Les rendements ont augmenté de20% + + + + + + + + + + +
1.4 Enterprise hydraulique Le point d'eau est disponible pour les opérations agro forestières +
1.5 Comité de gestion du projet Les matériels de production sont
disponibles et gérés sur la base des documents comptables et
L'exploitation agricole est réalisée selon les normes agrobiologiques appropriées. + +
1.6 Le groupement GUELNODJI et la communauté de MBALLA la production du fumier et les opérations culturales sont réalisées selon les normes techniques conseillées. + + + + +
1.7 Le groupement GUELNODJI et la communauté de MBALLA Les parcs à fumier sont construits selon les
normes techniques requises
Le fumier est produit selon les objectifs de rendements agricoles
+ +
1.8 Comité de gestion du projet Les semences certifiées sont disponibles et utilisées selon les itinéraires techniques recommandés + + +
1.9 ONG / partenaire Les techniques sont appliquées sur les champs de démonstration + + + + + + + + + + + +
1.10 ONG / partenaire Le groupement a une structure technique capable de suivre et d'évaluer la production des 15 ha. Le comité technique du groupement est opérationnel
Existence des documents de suivi réalisés par le comité technique + +
1.11 Comité de gestion du projet Le paiement du personnel/main d’œuvre saisonnière pour l’exploitation agricole + + + + + + + + + + + +
1.12 Comité de gestion du projet Les plantes sont bien arrosées
Les ouvrages du groupement sont entretenus La parcelle est protégée contre les voleurs + + + + + + + + + + + +
Brève description de l’objectif spécifique N°2 Contribuer à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté par l’intensification et la diversification des productions agricoles (maraîchage et arboriculture).
Liste des activités nécessaires pour atteindre cet objectif. Durée de l’activité dans le mois(ou Quarts)
Activité responsable Indicateur 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2.1 partenaire Les techniques apprises sont appliquées pour la sensibilisation environnementale + +
2.2 partenaire Les membres du groupement sont outillés pour éduquer la masse paysanne à la protection
de l'environnement + +
2.3 ppartenaire/porteur Les techniques de l'IEC sont assimilées et appliquées en milieu paysan + +
2.4 Comité de gestion du projet Les matériels sont disponibles et utilisés pour la sensibilisation + +
Indiquer la personne responsable des rapports de suivi et de progrès : ONG partenaire
Suivi et la tenue de registre (suivi interne) x x x x
Rapport d’évaluation x x x x
Appui institutionnel + + + + + + + + + + + +
Suivi evaluation externe + + + +
Production des rapports + + + +











Risques pour la mise en œuvre
Le Tchad entreprend les activités dans le cadre de la lutte contre la désertification et la protection de l’environnement. Des actions en matière de la sensibilisation et éducation en faveur de la population, cependant la population n’a pas réellement pris conscience pour apporter sa contribution à cette lutte contre la déforestation. Aussi, les matériels techniques dans le cadre de forages qui peuvent tomber en panne. Le non respect de l’exécution de délais pour la mise en œuvre des activités ; la dévastation des parcelles par les bœufs ; la population à majorité analphabète ; l’incompréhension ou l’hostilité des chefs traditionnels aux projets de développement local… constituent des facteurs de risques à prendre en compte dans le cadre de ce projet. Ces éléments non exhaustifs qui ne ressortent pas du gestionnaire du projet sont entre autres des facteurs externes des hypothèses qui peuvent perturber le cours normal de l’exécution du projet.

Plan et indicateur de suivi et d'évaluation
Le suivi-évaluation-évaluation du projet de la plantation et l’exploitation durable d’acacia nilotica à Manbonon se fera de manière participe et comprendra les aspects ci-dessous :
? Les Dossiers de Suivi-Evaluation (DES) : pendant tous les trois mois.
? Les Rapports Périodiques (RP) : pendant tous les trois mois.
? Les Visites des Sites (VS) des bailleurs (PMF/FEM) : pendant tous les trois mois.
? Le Rapport d’Evaluation Finale : fin du projet.
Les formulaires pour produire les différents rapports seront reproduits au Programme. Le rapport final inclura une évaluation des enseignements.
Suivi des activités.
- L’intervention mettra l’accent sur le suivi des réalisations à travers des rapports des activités élaborés par les intervenants sur la base d’un format défini à l’avance et partagé avec les financeurs.
- Il sera mis en place une base de données pour le suivi des activités.
- Des outils de collectes (fiches de collectes et autres) qui sont élaborés ; ces documents seront fournis aux différents acteurs afin de d’alimenter cette base de données puis à constituer dans le cadre de la mise en œuvre du projet.
- Les rapports des intervenants seront centralisés par le Groupement Persévérance qui ensuite rédigera par l’intermédiaire de son président un rapport mensuel ; soit quatre rapports trimestriels et un rapport annuel chaque année ; et ce jusqu’à fin de la période impartie au projet.
- Des visites hebdomadaires seront organisées par le comité de gestion du projet en fonction de l’évolution des activités sur le terrain.
- Des visites semestrielles seront organisées par une ONG partenaire et qui établira des rapports sur l’évolution progressive des activités du projet.

Evaluation du projet.
? L’évaluation sera conçue puis définie au terme de l’enquête participative de démarrage.
? L’évaluation de la 1ière année sera une évaluation interne avec une participation de la structure de la mise en œuvre de bailleur de fonds et des bénéficiaires.
? L’évaluation finale sera externe. Ses termes de références seront élaborées de commun accord par le demandeur Groupement demandeur et le bailleur du projet.
A préciser que l’évaluation sommative s’intéressera aux résultats, impacts et aux stratégies de mise en œuvre et aux nouveaux besoins éventuels des bénéficiaires.

Pérennisation
Le groupement a inscrit dans son plan des activités tout comme celui du présent projet les activités liées aux renforcements de capacités. Cela permettra d’acquérir l’expérience durant ce projet et d’outiller efficacement ses membres. Cela contribuera donner un cout d’accélérateur aux diverses activités socioéconomiques pour l’autofinancement. Au terme de ce projet ; l’effet multiplicateur consiste à son extension positive par l’organisation et les autres organisations de base dans la localité.
La formulation du projet a été élaboré avec la participation des bénéficiaires c'est-à-dire tous les membres des du groupement et les chefs traditionnels de MBALLA. Ils ont participé de façon responsable à chaque étape de la mise en œuvre. Cette dynamique est mise en place pour favoriser leur appropriation du projet. Pendant la mise en œuvre, un programme d’épargne sera élaboré pour prévenir la fin du projet. Dès la première année, des dispositions sont prises pour garantir l’entretien et le renouvellement des équipements pendant et après le projet.

Le compte est opérationnel et doit fonctionner au-delà de la période du projet. Ainsi les bénéficiaires continueront à approvisionner le compte pour avoir des capacités financières à maintenir les activités du projet au-delà de cinq ans. Ils sont conscientisés qu’à défaut de fonds de fonctionnement pour l’entretien des équipements, renouvellement des équipements, le projet serait un échec.
Les revenus produits par le projet doivent créer d’autres activités au bénéfice de la population : appui aux activités de mise en défens des parcelles identifiées au début du projet, appuyer l’approvisionnement en eau potable à la population à la population.(Nous signalons que le village n’a pas d’eau potable). Le générateur du forage va aider à la création d’un atelier de réparation pour les équipements agricole, puis les équipements agricoles.
On peut conclure ainsi que les fonds fournis par le PMF ont vraiment servi d’amorçage à plusieurs initiatives dans le village.



Section C
FICHE D'INFORMATION DE BUDGET DU PROJET
Apport FEM
cofinancemnt en FCFA
Catégories des dépenses FEM communauté Promoteur autres Total en FCFA
Personnel mains d'œuvre
Activité 1.2 : Installation de la haie vive et de la haie morte pour la clôture du champ de démonstration 280 000 400000 400000 0 1 080 000
Activité 1.6 : Production du fumier et les opérations culturales. 300000 100000 100000 0 500 000
Activité 1. 11 : Payement du personnel/main d’œuvre saisonnière pour l'exploitation agricole (du défrichage à la récolte…) 200000 2000000 1 000 000 0 3 200 000
Activité 1.12 : Emploi d'un gardien permanent pour la surveillance et la sécurité du champ de démonstration 0 720000 280000 0 1 000 000
Total 1 780 000 3 220 000 1 780 000 0 5 780 000
2. Equipements / Matériels
achat des semences légumineuse certifiées à haut rendement 150 000 0 0 0 150 000
Activité 1.5 : Achat matériels de production agricole 750 000 200 000 950 000
Activité 2.4 : Achat matériels (Support pédagogiques) de sensibilisation sur les techniques d'agriculture durable 100 000 500000 200000 800 000
Total 2 1 000 000 700 000 200 000 0 1 900 000
Formation/Seminaire/Voyage/Atelier
Activité 1.1 : formations en techniques de Conservation et Restauration des Sols avec démonstration sur le terrain 400000 200000 50000 650 000
Activité 1.10: Renforcement des capacités organisationnelles du comité technique pour la gestion des exploitations pilotes 400000 270000 670 000
Activité 1.3 :formations sur les techniques Agroforesteries avec démonstration sur le terrain 200000 200000 50000 450 000
Activité 2.1 : 3 Formations sur les techniques d'animation de groupe 200000 200000 50000 450 000
Activité 2.2 : 4 ateliers sur l'éducation environnementale 200000 100000 50000 350 000
Activité 2.3: 4 ateliers sur les techniques de l'Information, l'Education et la Communication (IEC) 200000 100000 50000 350 000
Activité 1.9 : 3 Formations sur les techniques culturales et variétales 200 000 75000 50000 325 000
Total 3 1800000 875000 570000 0 3 245 000
4. Contracts
suivi/évaluation externe 10% du cout demandé au FEM 960000 - - - 960 000
Total 4 960000 0 0 0 960 000
5. autres couts**
Déplacement pour les suivis des activités sur le terrain 100000 200 000 500 000 800 000
appui institutionnel 500000 250 000 250 000 1 000 000
Total 5 600000 450000 750000 0 1800000
6. accessoires
Forage équipé d'une pompe à immersion 60M 3500000 3 500 000
achat alternateur 10KVA 300000 300 000
achat groupe electrogene 700000 700 000
achat bœuf d'atelage 400000 400 000
Construction d'un hangar pour le groupe 500 000 200 000 700 000
Valorisation du terrain de 20 ha 3 000 000 3 000 000
Total 6 4900000 500000 3200000 0 8 600 000
7. imprevus (5%) 460000 460 000
Total 10500000 5 745 000 6 500 000 0 22 745 000

Categories des depenses Année 1 (Fcfa) Année 2, (Fcfa) Total(Fcfa) US$ % Total
1. Personnel / main d’oeuvre 2 500 000 2 500 000 5 000 000 10000
2. Equipments / Materials 2 050 000 2 050 000 4 100 000 8200
3. formation / Seminaries / voyage Ateliers 1 475 000 1 475 000 2 950 000 5900
4. Contracts 1 077 500 1 077 500 2 155 000 4310
5. autres couts** 1 000 000 1 000 000 2 000 000 4000
6. accessoires 3 750 000 3 750 000 7 500 000 15000
7. autres demande d’ appui[1]
- 0
8. imprevus (5%) 538 750 538 750 1 077 500 2155
Cout total de projet 12 391 250 12 391 250 24 782 500 49565


Source de financement Plan de financement (FCFA) Total (FCFA) Total US$
Année 1 Année2
a. GEF SGP 5 250 000 5 250 000 10 500 000 21 000
b. Communaute 2 872 500 2 872 500 5 745 000 11 490
c. organisation demandeur 3 250 000 3 250 000 6 500 000 13 000
D’autres financement - - 0 -
Cout Total de projet. 11 372 500 11 372 500 22 745 000 45 490

Contribution communautaire

Sources de la contribution communautaire Type En gage ou Projet?* Valeur, en monnaie local
1. Personnel / main d’oeuvre Nature En gage 3 220 000
2. Equipments / Materials Nature En gage 700 000
3. formation / Seminaries / voyage Ateliers Nature En gage 875000
4. Contracts Nature En gage 450000
6. accessoires Nature En gage 500000
Total 5 745 000

b. Proposition du Contribution de l’Organisation
Sources de contribution Type engagee ou Projetee?* Valeur, en monnaie local
1. Personnel / main d’oeuvre Nature projet 1 780 000
2. Equipments / Materials Nature projet 200 000
3. formation / Seminaries / voyage Ateliers Nature projet 570000
5. autres couts** Nature projet 750000
6. accessoires Nature projet 3200000
Total 6 500 000




c. Autres Contributions
Sources de la Contribution Type En gage ou Projet?* Valeur, en monnaie local
0
Total 0

 

Project Snapshot

Grantee:
Country:
Chad
Area Of Work:
Land Degradation
Operational Phase:
Phase 5
Grant Amount:
US$ 21,000.00
Co-Financing Cash:
Co-Financing in-Kind:
Project Number:
CHD/SGP/OP5/Y2/CORE/LD/12/004
Start Date:
12/2012
End Date:
6/2014
Status:
Project Terminated Before Completion

SGP Country office contact

Vacant
Phone:
0023522515757

Address

PO 906
Ndjamena