Production d’un champ de Parkia buglobosa et son exploitation durable
Production d’un champ de Parkia buglobosa et son exploitation durable
Section A.
1.0 Aperçu et contenu de proposition de projet
1.1 sommaire de projet
Le village Talia est situé dans le canton Djoli qui fait partie des quatre cantons qui bordent le Parc National de Manda. Ce parc est crée en 1967 et il y a de cela quatre décennies il regorgeait une importante biodiversité, mais la forte pression humaine exercée et la satellisation de la zone du au processus de la désertification on considérablement affecter son équilibre écologique. Ainsi que la nature qui autre fois était suffisamment riche et pourvoyeuse. Elle se renouvelait assez vite pour satisfaire tous les besoins (eau-terre-bois-fourrage-pharmacopée-gibier) des hommes et du cheptel domestique, alors moins nombreux. Les terres neuves ne manquaient pas autour du village ; le bois du feu était abondant même à proximité des habitations ; la brousse était si importante et si giboyeuse qu’il fallait se protéger des fauves ; les arbres fournissaient des fruits comestibles, des médicaments traditionnels du fourrage toujours verts ; les forets servaient de réserves agricole, vers lesquelles les villages « déménageait » et des réserves nutritives pour survivre en cas de disette.
Le constat est aujourd’hui terrible dans le Village et déjà alarmant plus dans la région du Moyen Chari « les arbres ne sont plus comme autre fois. Il faut se rendre à l’evidence.la présence d’arbres, autrefois en quantité suffisante et en qualité adéquate, n’est pas le même de nos jours.
La population qui a pour activité l’agriculture est confrontée à des divers problèmes conformément aux aléas climatiques. Sa vie devient intenable pendant la saison de pluie et on assiste à des destructions des arbres. Or pourtant dans le village il y a d’autre activité qui peuvent les permettre de faire face à cette situation. Fort de ce constat le groupement initie la production d’un champ de parkia biglobosa pour son exploitation durable sur un périmètre de 3ha qui régénérera 1500 plants pour protéger l’environnement et avoir des revenus qui les permettront d’enrayer le problème de la pauvreté. Le parkia biglobosa est très sollicité a travers ses fruits qui après la transformation produit de l’huile et ceci est utilisé dans l’alimentation, dans le massage, dans les produits médicaux et dans la fabrication du savon. Le parkia biglobosa est une plante très rentable à travers ses fruits sa vulgarisation est importante vue ses multiples vertus dans l’alimentation et la santé Ainsi les aspects socio économique de l’exploitation de cette espèce d’arbre dans la localité est un gage de développement.

1.2 Contexte organisationnel et la capacité à mettre en œuvre le projet
NOUBATAR est une organisation à base communautaire agro-sylvo-pastoral. Son but consiste à lutter contre la pauvreté.
Les objectifs du groupement pour sont basées sur trois principes :
1- Garantir la sécurité alimentaire des membres, protéger l’environnement.
2- Stockage des denrées alimentaire pour sécuriser les membres en période de soudure;
3- Renforcer les capacités de production de chaque membre par le revenu de vente des fruits.
Il faut dire que la population encore très pauvres exerçant chaque année des déficits céréalière n’a que le bois comme seule source de revenus. Le besoin va croissant alors qu’il est la cause de la désertification. C’est ainsi que l’association envisage tout mettre en œuvre pour l’exploitation de Parkia biglobosa qui est un arbre en voie de disparition or pourtant il est rentable à travers l’exploitation de ses fruits. L’association qui à pour cibles les hommes, les femmes et les jeunes, adoptera des stratégies de conscientisation afin de permettre à la population de s’y mettre pour augmenter leurs revenus par la plantation des arbres.
• La méthode participative est celle retenue pour la mise en œuvre du projet. Elle est basée sur les stratégies suivantes : l’approche de la demande, la responsabilisation des membres dans la mise en œuvre des activités et la collaboration avec les techniciens étatique de l’environnement.
• Le groupement à une durée d’existence déjà de 5ans et à bénéficié d’un appui financier d’une parcelle de 4 ha avec 20 pieds de karité, 38 pieds de nérés soient 3ha d’arboriculture à TALIA dans le canton Djoli et 3ha de riz. Toutes ces réalisations sont faites grâce à ses propres fonds.
• Les organes du groupement sont : Assemblée générale et bureau exécutif
-l’assemblée générale est l’organe suprême. Elle se réunie une fois par an. Elle élit les membres du bureau exécutif.
-le bureau est composé de 9 membres : une présidente, une vice présidente, une secrétaire, une secrétaire adjointe, une trésorière, une trésorière adjointe et trois conseillères.
• Le groupement travaille en collaboration avec d’autres organisations qui poursuivent les mêmes objectifs pour le développement et des actions sociale.
• Le groupement est crée le 30 Septembre 2010 et reconnu officiellement le 07/02/2011 sous le N° 02 MDICA 1158/ 2011.
• Le groupement ne dispose pas les membres rémunérés tous font du bénévolat.
• groupe de population cible (jeunes, hommes, femmes peuples autochtones, etc.)
• le groupement dispose de 3ha des arbres fruitiers qui sont plantés dans les villages ou il ya déforestation par les bucherons et les charbonniers, cette initiative à amener quelque groupement à s’investir dans l’arboriculture, ceci montre la volonté du groupement dans le domaine de la conservation de la biodiversité. Elle a aussi formé certains groupements de la place dans la fabrication du compost et plantation des arbres fruitiers.
1.3 Objectifs de projet et résultats attendus (1 page)
• Objectifs principaux de l’action est d’augmenter les revenus des membres par la conservation et l’utilisation durable d’une forêt de parkia biglobosa pour leur permettre de réduire la pauvreté qui est l’axes stratégique de la SNRP2 (stratégie national de réduction de pauvreté : programme prioritaire 2008 /2011 de Novembre 2007 du gouvernement du Tchad) et les objectif millénaire de développement qui inscrit en son premier point : faire disparaitre la pauvreté.

Objectifs spécifiques :
o OS1) l’action permettra au membre de conserver/régénéré et exploiter durablement un champ de 3ha de parkia biglobosa.

o OS2°) Amelorer la qualité de la transformation des produits à base de parkia biglobosa ;

o OS 3°) diversifier les ressources de revenus du groupement et de la population dans un environnement préservé en conservant et utilisant rationnellement le parkia biglobosa ;

Les résultats attendus
Les résultats spécifiques attendus du projet de la plantation de Parkia biglobosa sont : La gestion de l’exploitation durable de la diversité biologique ; les connaissances et surveillances de la diversité biologique ; l’amélioration des écosystèmes et espèces menacées et inventoriées ; conservées et restaurées l’utilisation des ressources de substitutions accrues ; les pratiques d’exploitations durables adoptées et enfin le partage juste et équitable des ressources du projet.

R1 : un champ de 3ha de parkia biglobosa est conserver et régénéré ;
R2 : les revenus de l’exploitation de parkia biglobosa entre à 70% dans l’économie du groupement.
R3 les membres et la communauté mangent à leur fin et envoient les enfants à l’école

1.4 Description des activités de projet (2.5 pages)
1) Aménagement :
Il s’agit des travaux de forage et installation de pompe india mark2, et de la clôture de la parcelle. L’installation de la pompe est réalisé par une entreprise compétant ;
la clôture de la parcelle sera fait avec la haie vive tout autour du champ afin d’empêché les animaux en divagation qui pose beaucoup de nombreux problèmes.
2) Operations culturales : Elles regroupent entre autre la préparation du terrain, la préparation des pépinières, la mise en terre, l’aménagement du réseau d’irrigation, et l’entretien des plants et l’achat des matériels.
• La préparation de terrain à labourer, à faire la trouaison.
• le labour consiste à tourner le sol avec la charrue pour permettre à la surface cultivable d’être prêt pour le semis.
• le trouaison : débute immédiatement après la première pluie. Le trou de plantation (le polet) sera le plus grand possible. La dimension optimal souhaitées et demander est de : 0 ,75M x0.75mx 0,75m.
• la préparation de la pépinière :il faut avant tout préparer les substrats de culture il se réalise par le mélange de sol, avec lequel les sachet sont remplis et constitué :
• la mise en terre des plants : c’est l’opération la plus delicate.il faut opérer sans précipitation afin de garder intacte la motte de terre entourant les racines une fois le plant installé dans l’emplacement préparé et à la bonne hauteur, le trou est rebouché presque jusqu’au niveau du haut du sachet.sur ce dernier il faut prolonger l’ouverture du coté jusqu’en haut.
• aménagement du réseau d’irrigation : c’est une activité qui permet d’alimenter les plants avec de l’eau une fois que les plants font des fleurs elle sera interrompu pendant 1-2 mois afin que le stress provoqué induise une meilleure floraison. Une cuvette de réception des eaux de pluie au niveau du plant.
• l’entretien est une activité qui commence à la pépinière et se poursuit après la plantation.il permet de compenser les prélèvements de « nourriture » effectuer dans le sol afin de former ses fruits, on apportera, par arbre adulte 2brouttes (=8seaux) de terreau celui-ci sera reparti sur toute la surface. La fumure d’entretien permet de nourrir le plant avec les matières minérales apporter son essentiellement du phosphore et de la potasse pour le cendre et du calcium pour les eaux. Le terreau issu du fumier est par contre riche en azote.
.
La fertilisation sera effectuée de préférence pendant la saison de pluie avec le binage du sol.
• La récolte des fruits en maturation.
• Formations
Les membres du groupement et les membres d’autres groupements choisis seront former en technique d’entretien des pépinières, des plants ; de la gestion rationnelle du foret et en technique de transformation des produits de Parkia Biglobosa.
L’aménagement de terrain sera fait par une main d’œuvre spécialisée dans le domaine. Operations culturales sera réalisé par les membres de l’association et des prestataires. Toutefois l’entretien de forage et la formation seront faits par des contractuels professionnels. L’activité démarrera dés la signature de la convention avec PMF /PNUD/FEM et durera 18mois .le projet sera réaliser dans le village TALIA situé dans le canton DJOLI.
-Elles nécessitent l’achat de moulin et des petits matériels tel que : des sécateurs, pelles, futs vides, pioche, arrosoirs, barre à mine, houe daba, compacteur, râteaux, machettes, seaux galvanisés et botte.


La mise en œuvre du Plan et calendrier (2 pages)
Pour la mise en œuvre du plan on mobilisera tous les membres de l’association, la communauté du lieu d’exécution de projet, les services étatiques de l’environnement, de l’agriculture et une ONG ayant de l’expérience et exerçant dans ce domaine.
Un comité de gestion sera mis sur pied pour la viabilité du projet et assurer la durabilité de l’opération par la mise en place d’un mécanisme de financement d’un fond de roulement.la structure organisationnelle de l’équipe proposée pour la mise en œuvre de l’action se présente comme suit : Une présidente, une trésorière, une secrétaire, une chargée de suivie évaluation
Une équipe technique composée de : agent environnement, agent ONDR
La mise en œuvre du projet est un processus qui partira des objectifs, des résultats attendus, du lieu d’exécution, des différentes activités, des formations et le suivi et évaluation.
Les principaux moyens proposés pour la mise en œuvre du plan (forage équipé de pompe india M2, machine de transformation de grains en huile, les matériels et petits matériels, la formation etc.)
Les modalités de mise en œuvre se présentent comme suit : plan de déroulement des activités, durabilité du projet, innovation et reproductibilité et responsabilité des services et moyens nécessaires.
1-Plan de déroulement des activités : le projet est déjà amorcé par le groupement, le terrain est en cour de préparation. Les semences de Parkia Biglobosa et les haies vives sont disponibles. L’installation du forage sera fait par une entreprise de la place il assurera aussi son entretien jusqu’à la fin du projet .La préparation du terrain, la préparation des pépinières, la plantation, l’entretien et la récolte sera fait par les membres de l’association et les prestataires et en fin la formation est réalisé par les services étatique concerné.
2-Approche méthodologique de la mise en œuvre :
La méthode participative est celle retenu pour la mise en œuvre du projet. Elle est basée sur les stratégies suivantes :.l’approche de la demande ; La responsabilité des membres dans la mise en œuvre des activités ; La collaboration avec les structures étatiques de l’environnement et de l’agriculture.
2.1 L’approche de la demande
L’approche de la demande implique que le partenaire ne sera noué qu’avec les techniciens de l’environnement, qui sans contrainte, après la campagne d’information et l’évaluation de base en début du projet, décide de contractualiser avec le projet afin de participer aux activités prévus.
2.2 La responsabilités des membres dans la mise en œuvre des activités
Cette stratégie par du fait que plus les membres du groupement et la communauté du village prennent par consciemment, volontairement et matériellement aux initiatives d’autopromotion, mieux ils se l’approprient.
2.3La collaboration avec les services étatiques de l’environnement
Cette optique vise à impliquer les acteurs de l’environnement et de l’agriculture de la région dans la mise en œuvre du projet. Ensuite, cette collaboration avec les structures étatiques permettra de réaliser l’expertise nationale qui ne se déploie pas parfois simplement en raison de petits bocages
Opérationnels souvent facile à lever. Cette collaboration pérenne que les institutions publiques permettront de valoriser et assurer le bon suivi de la structure après le projet.
Cette approche participative permettra la mobilisation du bénévolat gage du succès de l’action

La durée du projet est de 18mois soit un an et six mois mis sa durabilité est indéterminée. Les opérations culturales et les formations sont réalisées en première année d’exécution du projet. La commercialisation du produit se fera au moment ou les produits sont en maturation. Le graphique montre en détaille. Voire annexe A.

Plan pour assurer la participation communautaire (1 page)
Les populations structurées en groupements partagent mieux leurs problèmes, c’est pour cela que le groupement NOUBATAR a choisit quelques groupements en fonction de leur domaine d’activité pour les faire bénéficier du cadre de la mobilisation à travers les séances de sensibilisation, d’éducation et de formation pour qu’il en face l’extrapolation.
Cet échantillon tiré au sein des groupements est bénéfique pour la communauté parce que l’extrapolation sera faite par ces groupements et la communauté bénéficière de l’extrapolation va se mettre à augmenter la production de Parkia Biglobosa.
Plusieurs activités prévues dans ce projet permettront de changer les comportements et les mentalités des communautés qui prendront conscience de participer à l’activité réalisée. Cette approche participative permettra la mobilisation du volontariat et du bénévolat qui constituent un gage essentiel du succès du projet.

L’augmentation de la production sera bénéfique à la communauté. Elle permet à la communauté de réduire la pauvreté et de créer un environnement favorable. Cette collaboration avec les groupements permettra de casser les pratiques de la destruction de l’environnement qui est la seul source de revenu.

Le suivi est une activité permanente qui s’étale sur le cycle du projet. Il sera fait par le comité de gestion du groupement responsabilisé pour cette activité la communauté et le bailleur qui pourront voire quatre fois par année les réalisations des objectifs et des activités.
L’évaluation du projet sera réalisée comme suit :
-L’évaluation à mis parcourt sera une évaluation interne avec une participation de structure de mise en œuvre.

-L’évaluation de fin de projet sera externe. Ses termes de référence seront de commun accord avec une participation de structure de mise en œuvre.
-les suivis et évaluations seront finalisés par des rapports rédigés par le groupement et FEM
semestriel. Un rapport de fin de projet sera aussi rédiger par le groupement et FEM
Projet N° : Intitulé du projet : Production d’un champ de Parkia Biglobosa et son exploitation durable
Nom du Bénéficiaire : groupement NOUBATAR
Brève description de l’objectif du projet :
• Objectifs principaux de l’action est d’augmenter les revenus des membres par la conservation et l’utilisation durable d’une forêt de parkia biglobosa pour leur permettre de réduire la pauvreté qui est l’axes stratégique de la SNRP2 (stratégie national de réduction de pauvreté : programme prioritaire 2008 /2011 de Novembre 2007 du gouvernement du Tchad) et les objectif millénaire de développement qui inscrit en son premier point : faire disparaitre la pauvreté.

Domaine d’intervention GEF : Phase opérationnelle GEF Date du début et fin du projet : janvier 2013 et fin Aout 2014
Brève description de l’objectif spécifique N°1 l’action permettra au membre de conserver/régénéré et exploiter durablement un champ de 3ha de parkia biglobosa.
Liste des activités nécessaires pour atteindre cet objectif. Indiquer qui est responsable de chaque activité et un indicateur de l’accomplissement des activités. Durée de l’activité dans le mois
Activité Partie responsable Indicateur 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Aménagement promoteur 3ha aménagés
1.1Installation forage prestataire Le forage est installé et opérationnel x
Clôture de la parcelle (haie vive) Membre Groupement La parcelle cultivée est clôturé X
L’étude du sol Prestataire (technicien) Etude du sol est réalisée X X
Elagage et irrigation des anciens plants promoteur 30 pieds de néré existants produisent bien x x x x x x x x x x x x




Brève description de l’objectif spécifique N°2 : Amelorer la qualité de la transformation des produits à base de parkia biglobosa ;
Liste des activités nécessaires pour atteindre cet objectif. Indiquer qui est responsable de chaque activité et un indicateur de l’accomplissement des Durée de l’activité dans le mois : 10mois
Activité Partie responsable Indicateur 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2.Opération culturale
2.1desherber Membre groupement Le terrain est désherbé et cultivable X X X X
2.2Labour Membres groupement un champ nettoyé x
2. 3 trouaison Membres groupement 1600 trous sont disponibles X
Préparation de la pépinière Membres groupement 1600pepiniéres disponible X X
2.4 Mise en terre Membres groupement 1600 pépinières sont plantés
Réseau d’irrigation Technicien et membre groupement Un Réseau d’irrigation opérationnel
entretien Les espèces sont entretenue X X X X X X X X X X
formations prestataire 60% de la communauté sont formés
Brève description de l’objectif spécifique 3 : diversifier les ressources de revenus du groupement et de la population dans un environnement préservé en conservant et utilisant rationnellement le parkia biglobosa
Liste des activités nécessaires pour atteindre cet objectif Durée de l’activité le mois : 4mois
Commercialisation Membre groupement 70°/° de Produit sont vendus X X X X
Indiquer la personne responsable des rapports de suivi et de progrès : comité de gestion et FEM

Suivi et la tenue de registre : (comité de gestion du groupement) X X X X
Rapport d’évaluation :PMF/PNUD/FEM et groupement X X X X

Risques pour la mise en œuvre (0,5 pages)

Pour la mise en œuvre les risque qui pourront entrainer un échec sont : la divagation des animaux, le retard et la mauvaise répartition de la pluie, mauvaise étude du sol, conflit entre les communautés et les membres de l’association, conflit avec les éleveurs nomades, retard de financement par le bailleur, manque de prise de conscience effectif et réelle de la communauté .
Malgré que le Sahara est entrain de s’étendre sur le sahel et partant sur la région soudanaise qui est une zone de savane la communauté rurale n’a jamais changée de mentalité de prendre ses responsabilités pour faire face à ce grave danger.
C’est ainsi que, pour inciter la population à cette prise de conscience, le gouvernement à instaurer la semaine de l’arbre depuis les années 72. Cette semaine manifestée tous les mois de juillet invite le citoyen à agir pour sont environnement en plantant un arbre. mais les communautés rurales ne comprend pas cette stratégie et le gouvernement va encore plus loin instaurer la politique de conservation et de protection efficace de l’environnement.il s’agit du programme de gestion de ressources naturelles (PGRN).

Plan et indicateur de suivi et d'évaluation (1 page)
Les procédures de suivi et d’évaluation interne et externe :
a)Méthodes de suivi
Le suivi est une activité permanente qui se réalise sur le site de production et s’étale sur le cycle du projet. Il sera fait par les membres de l’association responsabilisé pour cette activité et le bailleur qui pourront voire tout les trois mois les objectifs et les activités du projet.
L’intervention mettra l’accent sur le suivi des réalisations à travers des rapports d’activités élaborés par les différents intervenants sur la base des formats défini à l’avance et partagé avec les bailleurs.

Il sera mis en place une base des données pour le suivi des activités. Des outils de collectes (fiche de collecte et autre) élaboré, seront fourni au différent acteur afin d’alimenter cette base de données à continuer dans le cadre de la mise en œuvre du projet.
Les rapports de différents intervenants seront centralisés par l’association et elle rédigera par l’intermédiaire de son président du comité de gestion quatre rapports trimestriels et un rapport de fin de projet

Des visites régulières seront organisée par le président du comité da gestion en fonction de l’ampleur du projet.
Les suivis périodiquement réalisés par l’association seront finalisés par des rapports qui seront transmis au bailleur tout les trois mois et le suivi réalisé par bailleur sera aussi finaliser par un rapport qui sera transmis à l’association.

b) Evaluation
L’évaluation sera conçue et définie au terme de l’enquête participative de démarrage.
L’évaluation de la première année sera une évaluation interne avec une participation de la structure mise en œuvre par le bailleur de fond et les bénéficières.
L’évaluation de la fin de projet sera externe. Ses termes de références seront en commun accord avec le bailleur.
A titre indicatif, l’évaluation de fin de projet s’intéressera aux résultats, impact et aux stratégies de mise en œuvre et aux nouveaux besoins éventuels des bénéficières.

La réalisation de projet contribuera aux bénéfices environnementaux qui sont entre autre : augmentation de la production d’espèce particulière (BD) ; niveau d’adoption et d’utilisation par la communauté des technologies énergétiques propre (CC, EI) ; niveau de développement et d’implication des projets supportant les énergies propres et renouvelables par l’OCB ; croissance de demande du gouvernement en technologie énergétique propre et renouvelable par l’OCB ;croissance de demande du gouvernement en technologie énergétique propre à l’échelle local et développer des mesures de soutiens à la réduction de GHM (CC, DT)

Pérennisation(1page)

La pérennisation de ce projet est étendue sur un long cycle après sa réalisation effective. Vu la rentabilité qu’offre les produits de Parkia Biglobosa dans l’alimentation et la santé ainsi donc l’association peut s’autofinancer à la fin du projet pour une grande réalisation.
La durabilité de ce projet est longue et immense. Le Parkia biglobosa est une plante qui est ignoré dans le département or pourtant il est très sollicité et apprécié dans d’autre région. Il est sollicité comme médicament et complément nutritionnelle et surtout pour la purification de l’eau.
Cette culture laisse un héritage riche en diversité biologique(DB) qui se fera sentir par ce projet. Il assorti d’un objectif global qui est la conservation et l’utilisation durable d’une foret de Parkia Biglobosa.
Les connaissances et les surveillances de la diversité biologique(DB) améliorera l’écosystème et espèces menacées inventoriées, conservées et restaurées, l’utilisation des ressources de substitution, les pratiques d’exploitation durables adoptés, et enfin le partage juste et équitable de ressources du projet.
Le sol est propice à cette plante qui d’ailleurs pousse à l’état naturel. La plantation et l’exploitation de Parkia Biglobosa et son extension annuelle reste déterminante. Cette essence d’arbre est un don naturel pour l’alimentation, le traitement humains et des eaux ainsi donc sa culture est une richesse grandiose en biodiversité.
Le Parkia Biglobosa est un arbre qui n’est pas favorable à l’exploitation du charbon son exploitation conservera durablement la biodiversité et ses produits tels que : feuilles et grains seront exploiter par les membres du groupement dans les activités génératrices de revenus qui lui procureront des ressources pour l’autofinancement de ses activités. Cette exploitation va s’étendre dans le canton et cela permettra à la population de prendre conscience sur la destruction des arbres. .






Section C
2.1 Sommaire du financement de projet.
2.2 prevision des dépenses
COFINANCEMENT EN FCFA
Catégories des dépenses FEM communauté Promoteur autres Total
Personnel mains d'œuvre
mise en place de parcelle 200 000 100000 100000 0 400 000
la plantation de parkia biglobosa 200000 100000 100000 0 400 000
installation de la pépinière haie vive. 250000 100000 100000 0 450 000
l’entretien et la protection des plants 0 400000 400000 0 800 000
Payement du personnel/main d’œuvre saisonnière pour l'exploitation agricole 1500000 0 0 1 500 000
Emploi d'un gardien permanent pour la surveillance et la sécurité du champ 0 1700000 0 0 1 700 000
Total 1 650 000 3 900 000 700 000 0 5 250 000
2. Equipements / Matériels
achat des petits materiels agricoles 500 000 100000 100000 700 000
Total 2 500 000 100 000 100 000 0 700 000
Formation/Seminaire/Voyage/Atelier
formations en techniques en production de parkia biglobosa 400000 200000 200000 800 000
formation sur les techniques de transformation et de gestion 400000 200000 200000 800 000
Total 3 800000 400000 400000 0 1 600 000
4. Contracts
suivi/évaluation externe 10% du cout demandé au FEM 729750 - - - 729 750
Total 4 729750 0 0 0 729 750
5. autres couts**
appui institutionnel 272500 250 000 250 000 772 500
Total 5 272500 250000 250000 0 772500
6. accessoires
Forage équipé d'une pompe à immersion 60M 3000000 3 000 000
achat alternateur 10KVA 300000 300 000
achat groupe electrogene 700000 700 000
achat charettes 400000 400 000
achat bœuf d'atelage 300000 100 000 400 000
Construction d'un hangar pour le groupe 500 000 200 000 700 000
Valorisation du terrain de 20 ha 3 000 000 3 000 000
Total 6 4700000 500000 3300000 0 8 500 000
7. imprevus (5%) 347500 347 500
Total 7 999 750 5 150 000 4 750 000 0 17 899 750

Categories des depenses Année 1 (Fcfa) Année 2, (Fcfa) Total(Fcfa) US$ % Total
1. Personnel / main d’oeuvre 325 000 650 000 1300 8%
2. Equipments / Materials 250 000 500 000 1000 6%
3. formation / Seminaries / voyage Ateliers 400 000 800 000 1600 10%
4. Contracts 364 875 729 750 1459,5 9%
5. autres couts** 136 250 272 500 545 3%
6. accessoires 2 350 000 4 700 000 9400 59%
7. autres demande d’ appui[1]
- 0
8. imprevus (5%) 173 750 347 500 695 5%
Cout total de projet 3 999 875 - 7 999 750 15999,5 100%

Source de financement Plan de financement (FCFA) Total (FCFA) Total US$
Année 1 Année2
a. GEF SGP 3 999 875 3 999 875 7 999 750 16 000
b. Communaute 2 575 000 2 575 000 5 150 000 10 300
c. organisation demandeur 2 375 000 2 375 000 4 750 000 9 500
D’autres financement - - 0 -
Cout Total de projet. 8 949 875 8 949 875 17 899 750 35 800

Contribution communautaire

Sources de la contribution communautaire Type En gage ou Projet Valeur, en monnaie local
1. Personnel / main d’oeuvre Nature En gage 3 900 000
2. Equipments / Materials Nature En gage 100 000
3. formation / Seminaries / voyage Ateliers Nature En gage 400000
4. Contracts Nature En gage -
5. autres couts** Nature En gage 250000
6. accessoires Nature En gage 500000
8. imprevus (5%) Nature En gage 0
Total 5 150 000
b. Proposition du Contribution de l’Organisation
Sources de contribution Type en gage ou Projet Valeur, en monnaie local
1. Personnel / main d’oeuvre Nature projet 700 000
2. Equipments / Materials Nature projet 100 000
3. formation / Seminaries / voyage Ateliers Nature projet 400000
4. Contracts Nature projet 0
5. autres couts** Nature projet 250000
6. accessoires Nature projet 3300000
8. imprevus (5%) 0
Total 4 750 000
 

Project Snapshot

Grantee:
Country:
Chad
Area Of Work:
Biodiversity
Operational Phase:
Phase 5
Grant Amount:
US$ 15,000.00
Co-Financing Cash:
Co-Financing in-Kind:
Project Number:
CHD/SGP/OP5/Y2/CORE/BD/12/006
Start Date:
12/2012
End Date:
5/2014
Status:
Currently under execution

SGP Country office contact

Vacant
Phone:
0023522515757

Address

PO 906
Ndjamena