CONSERVATION ET PROTECTION DES TERRES AGRICOLES AUTOUR DE LA ZONE HUMIDE DE LA MARE DE WOMPOU
CONSERVATION ET PROTECTION DES TERRES AGRICOLES AUTOUR DE LA ZONE HUMIDE DE LA MARE DE WOMPOU
Le projet est situé dans la zone d’influence de la mare de Wompu dans la vallée du fleuve sénégal (communes de Wompou et de Gouraye, wilaya du Guidimakha). Les résultats d’un diagnostic très récent (2019) montrent que la mare de Wompou a subi les effets du changement climatique accentués par l’action anthropique et ayant pour corollaire une diminution du temps de conservation de l’eau. A cette situation, s’ajoute la dégradation des ressources naturelles et la baisse de fertilité des sols. La rareté des terres agricoles fertiles a entrainé une forte pression démographique et par ricochet une insécurité foncière ne favorisant pas la restauration et la gestion durable des ressources naturelles.
En Outre, une grande partie de la superficie des sols agricoles est lessivée par le phénomène de l’érosion hydrique ayant entrainé une dégradation du couvert végétal au niveau des berges favorisant ainsi l’ensablement et l’envasement de la mare.

La dégradation de la mare et ses environs peut constituer une menace pour la question de l’employabilité des jeunes du village. En effet, la mare a toujours été un pourvoyeur d’emploi pour les habitants de Wompou. Aujourd’hui avec le phénomène d’ensablement et d’envasement réduisant les potentialités de la mare, les habitants du village notamment les jeunes s’orientent vers les centres urbains à la recherche d’hypothétique activité génératrice de revenu. Ainsi, on assiste à un phénomène d’exode rural et à l’exploitation des ressources naturelles qui constituent une source de revenu importante d’une frange de la population.

L’aménagement des pourtours de la marre permettant de d’annuler l’érosion hydrique, le dénudement des sols et l’envasement de la marre contribuant ainsi à la lutte contre les changements climatiques. et permettra d’améliorer la sécurité alimentaire des populations riveraines de la marre.
 

Project Snapshot

Grantee:
Tenmiya
Country:
Mauritania
Area Of Work:
Climate Change Mitigation
Grant Amount:
US$ 35,000.00
Co-Financing Cash:
US$ 37,000.00
Co-Financing in-Kind:
Project Number:
MAU/SGP/OP6/CORE/Y6/CC/2021/05
Status:
Currently under execution
Project Characteristics and Results
Significant Participation of Indigenous Peoples
Au vu de l’importance de la mare de Wompou dans les activités socioéconomique et culturelles pour les habitants de Wompou, et avec le poids des menaces sur les potentialités halieutiques, agricoles et pastorales de la mare, la mise en œuvre du projet, permet principalement de résoudre deux paradigmes majeurs dont : (i) lutter contre l’érosion hydrique des espaces cultivables et le lessivage des champs agricoles et (ii) diminuer l’ensablement de la mare. Les phénomènes d’érosions des sols qui découlent des effets de changement climatique sont des situations dynamiques face auxquelles, les réponses doivent être adaptées. La participation des personnes ou communautés exposées dans la recherche de solution, leur ouvre une perspective de renforcement de capacité de résilience. C’est dans ce sens que le projet a privilégié la participation active de la communauté bénéficiaire dans le processus de mise en œuvre afin de permettre un transfert de compétences des techniques d’aménagements antiérosifs. Cela s’est fait à travers la sensibilisation dans les langues locales et les formations pratiques et appliquées dans différentes techniques d’aménagement et de bonnes pratiques d’agroforesteries.
Gender Focus
Dans les sociétés africaines traditionnelles en générale, le poids des us et coutumes et des religions pèse beaucoup dans la définition et la répartition des rôles des hommes et des femmes. Les stéréotypes nés de ces considérations influencent les pratiques de tous les jours dans nos sociétés. En effet, la communauté de Wompou qui est la bénéficiaire du présent projet de conservation et protection des terres agricoles autour de la mare, ne reste pas en marge de ces considérations qui entravent l’épanouissement socio professionnel d’une franche importante de nos sociétés. A Wompou comme dans la plupart d’autres communautés dans le pays, les hommes s’occupent des activités de production généralement en lien avec les moyens d’existence de la communauté c’est à dire la production agricole pour nourrir la famille, le commerce, l’immigration, l’élevage, etc. Les femmes exercent des tâches dites de reproduction qui sont constituées essentiellement de soins aux enfants, aux personnes âgées, des tâches ménagères dont le nettoyage domestique, et la préparation des repas. Elles font aussi le petit commerce, le maraichage, la teinture, la broderie et l’exploitation de champs d’arachides. Les revenus ou les résultats de ces activités menées par les femmes permettent à elles de prendre en charge certains de leur besoins spécifiques mais surtout de ceux des enfants et de la famille. C’est dans ce contexte socioculturel et religieux de pratiques des hommes et des femmes, que le projet de Wompou est mis en œuvre en essayant de rehausser et de valoriser davantage les rôles des femmes à travers la mise en œuvre des activités du projet mais aussi par rapport à l’exploitation des terres aménagées. Un comité de gestion composé de douze membres dont cinq (5) femmes, a été mis en place et s’occupe de la gestion du projet. Parmi les postes des femmes dans ce comité, il y a un poste de vice-présidente, de responsable genre, d’adjoint du magasinier et deux postes d’organisation des travaux. Le comité joue le rôle d’interlocuteur entre la communauté et le projet mais aussi, il s’occupe de la gestion du projet. Pendant la mise en œuvre du projet, les activités de haute intensité de main d’œuvre (HIMO), ont été réalisées par la main d’œuvre locale composées de femmes et d’hommes. Ces activités sont le déliage, ramassage et mis en tas des pierres, le chargement des camions, la construction des diguettes filtrantes, des cordons pierreux et des diguettes mixtes (diguettes en pierres libres et gabions). Des tâches ont été attribuées aux femmes dans la mise en œuvre de ces activités en fonction de leur spécificité notamment le ramassage et mise en tas des pierres et la construction c’est-à-dire la pose des ouvrages. Les tâches qui demandent des efforts physiques plus importants, en plus des autres tâches, sont réalisées par les hommes : le chargement des pierres dans les camions, la réalisation des tranchés. Ensuite, sur le plan de mise en valeur des aménagements, des ententes foncières ont été élaborées afin de prevenir ou de réduire les risques de conflits liés à l’exploitation des terres, dans les quelles, l’accès des femmes à la terre a été aussi dans les dispositions du protocole d’entente.
+ View more

Partnership

EU/GRDR

SGP Country office contact

Mr. BA Amadou
Phone:
222 525 24 09
Fax:
222 525 26 16
Email:

Address

PNUD, B.P. 620
Nouakchott

Country Website